Aller au contenu
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    • Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

BMW M3 (E30)...


RS678

Messages recommandés

Pour Morgan (et les autres ;) ...), car je sais qu'il en pince pour elle. Carnet de service complet, suivie par BMW, 79.000 kms, entièrement d'origine, jamais repeinte, état exceptionnel !

 

 

 

th_43244_z1_122_768lo.jpgth_43249_z2_122_960lo.jpgth_43254_z3_122_26lo.jpgth_43255_z4_122_606lo.jpg

 

th_43325_z5_122_37lo.jpgth_43326_z6_122_631lo.jpgth_43331_z7_122_99lo.jpgth_43332_z8_122_1141lo.jpg

 

th_43368_z9_122_546lo.jpgth_43369_z10_122_465lo.jpgth_43370_z11_122_1193lo.jpgth_43375_z12_122_909lo.jpg

 

:bigthumbup:

Modifié par RS678
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

:coucou: Hi RS

 

Effectivement, c'est une de mes voitures préférées... :wub: :wub: :wub: Mon amour a commencé le jour où mon père l'a acheté en 1988. Identique monture à celle ci dessus mais dans une robe noire! J'attendais qu'une seule chose, c'était qu'il m'emmène à l'école primaire avec! J'étais fier (et oui, déjà à cet âge). D'ailleurs, je me souviens que les parents des copains regardaient la voiture avec attention. Pourquoi? tout simplement par son bruit magique (et oui, même un 4 cylindres), son look ravageur, sortant de l'ordinaire... et p***in quelle bagnole!!!!

 

Première inversée, qui est assez déroutant au début, elle demande une certaine maîtrise en matière de pilotage... bref, une voiture d'homme! Je suis un inconditionnel de cette M3... malgré que ce soit un 4 cylindres mais très réputé pour sa robustesse!

 

Un des plus beau chef d'oeuvre automobile à mon goût. Certains diront, qu'elle fait tuning, voiture de dealer ou que c'est vieux et que çà ressemble plus à rien (mon ex par exemple).

 

Plusieurs types de moteur et plusieurs finition concernant ce monstre! :hot: :hot: :hot: :hot:

 

Merci mon RS :amis:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sacré caisse et sacré pilote !!!

Nous on avait pas la m3 mais une 323i que j'ai récupéré à mes 18 ans. J'adorai cette caisse... sauf sous la pluie sur les pavés :bigthumbup:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

:coucou: Hi RS

 

Première inversée, qui est assez déroutant au début, elle demande une certaine maîtrise en matière de pilotage... bref, une voiture d'homme! Je suis un inconditionnel de cette M3... malgré que ce soit un 4 cylindres mais très réputé pour sa robustesse!

 

J'avais la même boîte (courte) à grille inversée sur ma 325i Sport. Le H 2-3-4-5 était pratique pour "astiquer"... :eldiablo:

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ciao Morgan,

 

C'est une Sport Evo, reconnaissable à son bouclier... L'Evo II a le même, mais si je me souviens bien, elle n'était dispo qu'en 3 coloris dont le noir ne faisait pas partie, enfin je crois...

 

J'ai bon ? :unsure: :bigsmile:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cia RS :coucou:

 

C'est bien une Sport Evo... M'en veux pas, au lieu de taper ma réponse, j'ai trouvé une source qui a bien résumé:

SPORT EVOLUTION

Produite de Janvier à mars 1990 (n° de chassis AC79000 à AC79599), la Sport Evolution (ou encore Evo Sport ou Evo III) est l'ultime aboutissement de la M3 e30. La cylindrée du moteur passe pour l'occasion à 2467 cm3 et celui-ci s'équipe en série d'un pot catalytique 3 voies avec sonde lambda. Sa puissance maxi de 238 ch est obtenue à 7000 tr/mn et le couple de 26,3 Mkg à 4750 tr/mn. Le rapport de pont de la boîte Getrag 5 rapports est raccourci (3.15:1). Malgré tout, la différence de cylindrée entre les 2 moteurs ne saute pas immédiatement aux yeux. Il faut rester dans les tours et accepter de jouer de permanence de l'excellente boîte pour profiter pleinement d'un moteur qui en dessous de 2500 tr/mn, est affublé de l'inévitable paresse propre aux multisoupapes de l'époque. A partir de 3500 tr/mn, le 2.5L apparait plus disponible mais aussi plus pointu et finalement, plus délicat à exploiter en conditions d'utilisation normales. L'usine a contenu le poids en allégeant pare-chocs et capot arrières, allant jusqu'à gagner 1mm sur l'épaisseur des vitres latérales et diminuer la capacité du réservoir de 70 à 63 litres. En revanche, malgré ce souci d'allègement, le poids atteint 1275 Kg (1200 Kg annoncés par BMW...) ce qui ne fait évoluer que très peu le rapport poids/puissance de la M3. Au chapitre nouveautés, l'ABS Bosch et la direction à assistance variable sont de série. La suspension avant est abaissée de 10.5mm, le bouclier redessiné pour gagner en déportance et les passages de roues agrandis accueillent des jantes BBS de 16" (celles proposées en option sur la M3) chaussées originalement de pneus Michelin MXX en 225/45 Z. La voiture à ainsi l'air plus ramassée. L'aileron arrière comporte un bord d'attaque différent et, comme le bouclier, il est réglable en 3 positions. Peu utile au quotidien, il était toutefois impératif que la voiture soit homologuée en série avec ce système pour qu'il soit monté en groupe A. Côté performances on relève une vitesse maxi de 248 km/h en 5éme, le 1000m DA en 27"4, le 0 à 100 km/h en 6"5. Isolées de leur contexte, ces performances sont excellentes, c'est une chose entendue, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Sur le sec, le comportement de la M3 est fantastique et la limite dure à atteindre. Naturellement neutre et un peu sous-vireuse, la M3 permet de ne pas entrer trop vite en virage pour en ressortir en dérive. Cette manoeuvre qui était déjà un régal sur les autres M3, prend ici une dimension encore plus excitante. Les amortisseurs digèrent parfaitement les inclinaisons de la caisse et les changements d'appuis sur un parcours sinueux s'effectuent avec une vivacité et une précision admirables, qui pourraient même être amélioré si la direction était moins démultipliée. L'équipement de série comprenant la condamnation centralisée à télécommande, l'air conditionné, les vitres et rétros électriques, l'ABS, la direction assistée et des sièges baquets pouvait être enrichit d'une liste d'options comme le toit ouvrant manuel ou électrique, les laves-phares, l'intérieur cuir, l'ordinateur de bord, etc. Au choix pour la carrosserie : rouge ou noir. Son prix de vente en 1990 étant déjà plutôt coquet sans option (380 000 FF), on comprend mieux pourquoi la Sport Evolution a été réservée à une petite clientèle de privilégiés (600 ex. dont une cinquantaine pour la France) ! Une voiture chère mais "frisant la perfection" selon la presse spécialisée de l'époque. Seulement, le supplément de 100 000 FF de l'époque ne justifie pas complètement une différence de puissance de 23ch (en partie annulée à cause du poids) et des performances sensiblements égales à celles d'une M3 215/220 ch.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Magnifique, en effet. Elle doit coûter au moins les deux bras aujourd'hui...

 

Merci pour les photos TTRS02 et bienvenue chez les dingues ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

mon ami Sabir Gany (vice champion de france de rallye 2ème div) en 1991 au Rallye de la Sainte Baume.

C'était une vraie Prodrive achetée directement chez eux en 89 à l'arrivée du Tour de Corse.......le baquet était marqué B. Béguin

 

sabirganyjs4.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah l'époque de Bernard Béguin, Hugues Delage, François Chatriot :rolleyes:

 

La bonne époque... le début d'une longue histoire en rallye. A savoir que cette voiture a fait ses preuves dans le super tourisme. :bien:

 

 

Historique:

 

Tout commence en 1982, lorsque naît la série 3 appelée aussi "E30". Entrée de gamme chez BMW, elle est disponible en berline, break, coupé et cabriolet. En parallèle, le département Motorsport crée en 1972 par le désir de BMW de s’engager en compétition et non par le biais de préparateurs tels que ALPINA ou AC SCHNITZER. La M1 fut la première voiture de série BMW qui a disposé d'un bloc Motorsport développant 277ch. Ensuite les M635csi et M5e28 en furent doté par un dérivé du bloc de la M1 appelé M88 développant 286ch. Ces modèles étaient donc des véhicules complètement remaniés par rapport au modèle de base. En 1986, BMW voulait s’imposer avec une E30 au championnat FIA de Gr.A. De ce fait, une version typée course des devenues célèbre E30 allait voir le jour. En septembre 1986, la M3 civile nécessaire pour l’homologation était née tout droit sortie du Département Motorsport GmbH.

 

 

Lorsque ce dérivé des E30 de base fut dévoilé, les réactions furent positives. En effet, un air de ressemblance est présent mais très peu d’éléments sont communs aux E30 de base au niveau carrosserie. Cette série 3 Motorsport a subi une cure de muscles, car dotée d’ailes larges, de boucliers plus imposants apportant un réel appui aérodynamique, de jupes latérales, d'une malle de coffre rehaussée ainsi qu'un aileron. Dans le but d'améliorer l'aérodynamisme, BMW a repensé l'inclinaison de la lunette arrière de façon plus prononcée comparé au reste de la gamme. C'est pour ces diverses raisons que l'on peut considérer que c'est une nouvelle voiture conçue par BMW et non un modèle de gamme étoffé sport!

Concernant la partie chassis, tout ou presque est revu. Le train avant, les suspensions, le train arrière … ont été repensés par rapport aux pièces des e30 de base. Au final, un chassis destiné à la compétition.

 

 

En revanche là où elle fut critiquée, c’est au niveau du moteur sachant qu’elle ne disposait pas du célèbre 6 cylindres en ligne propre à la marque bavaroise. Cette M3E30 fut donc dotée d’un 4 cylindres en ligne positionné longitudinalement.

 

Ce bloc moteur baptisé "S14" est extrapolé du BMW 1500 ayant aussi équipé la Braham BT52B en Formule1. Pour tolérer une augmentation de cylindrée de 1.5 L à 2.3 L, les deux cylindres centraux se retrouvent chamoisés. La valeur de l’alésage est en effet importante : 93.4 mm (pour une course de 84.0 mm).

L’utilisation de pistons à jupes courtes maximise la longueur des bielles, augmentant le couple et limitant les vibrations. Le vilebrequin en acier forgé à 8 contrepoids tourillonne bien entendu sur 5 paliers.

Et en fait le glorieux 3.5 L M88 vient prêter sa culasse, amputée pour l’occasion de 2 cylindres. Au final on obtient un 4 cylindres avec une culasse 16 soupapes d’une cylindrée de 2.3L pour une puissance de 200ch à 6750tr/min avec un couple 24.5mkg à 4750 tr/min. A la vue de ces chiffres, on peut déjà se faire une idée du comportement moteur. Un moteur plein de vie mais donnant le ton que haut dans les tours.

 

L’habitacle est peut être la seule chose qui ne diffère pas trop d’une E30 classique. En effet, elle en reprend le tableau de bord ainsi que les divers plastiques de bonnes factures d’ailleurs pour l’époque. Les sièges quant à eux sont des modèles sport de chez BMW ou des Recaro spécifiques en option (comme ceux montés sur beaucoup d'ALPINA d'époque d'ailleurs). Beaucoup d’options étaient disponibles telles que la climatisation, les lèves vitres électriques, la sellerie cuir, l'ordinateur de bord II, le toit ouvrant électrique, les custodes entrebaillantes, les laves-phares, les jantes en 16 pouces, etc...

 

 

Cette excellente base à l'homologation va donc fournir un record de 1436 victoires en courses de supertourisme, comprenant un championnat mondial, Européen et deux allemands de 1987 à 1992.

 

13yy9.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je connaissais cette vidéo... surtout dès que çà concerne le Nurburgring :eldiablo: :eldiablo: :eldiablo:

 

 

Les Evolutions

 

La M3E30 fut élaborée dans le but de permettre à BMW de s'inscrire en championnat FIA Groupe A avec une E30 en remplacement des anciennes E24 M635csi. BMW Motorsport avait réussit son pari. Une voiture homogène et performante était prête pour courir contre MERCEDES - AUDI - OPEL ...BMW ne mit pas longtemps à être parmis les meilleurs et gagner de nombreuses courses.

 

Cependant, pour rester compétitive face à ses concurrentes, la M3 a du évoluer sur les plans : allégement, puissance et aérodynamique. Le règlement FIA était assez stricte sur le fait que les constructeurs devaient conserver la base d'origine et ses divers éléments. Donc pour pouvoir effectuer les modifications sur le modèle de course, 500 exemplaires minimum devaient être construit en moins de 12mois avec les modifications apportées. Ce qui donna naissance aux Evolution I puis Evolution II et pour finir l'ultime évolution à savoir la SportEvolution.

 

02mx1.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

vous l'avez certainement déjà vu mais bon pour ceux qui connaissent pas voici une video d'une M3 à moteur E36 biturbo développant 550 cv à la poursuite d'une carrera GT :eldiablo:

 

http://www.dailymotion.com/video/xuf8i_bmw...carrera-gt_auto

 

 

Bien sûr elle a plus de chevaux actuellement ce sont des français de IDF la voiture a des BBS LE MANS noires également ( même jantes que sur mon avatar ) :bigthumbup:

 

 

 

 

dsc0099small556xg3xg.jpg

 

dsc09785copyfy8.jpg

 

 

dsc09786copygg8.jpg

 

 

1290anotherm3ll007gy2.jpg

 

 

ooo1hh9.jpg

 

116DSC01490.JPG

 

 

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La première en bas... les roues motrices derrière... une adhérence hors pair sur le sec mais un caractère primesautier sur le mouillé... tout le charme d'une BMW en quelque sorte !!!

J'adhère pleinement à l'amour que suscite la M3 E30 !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tu parles... j'ai découvert ça au volant de la parentale 528i E12 sur un parking en graviers... un vrai bonheur (et pis une vraie moiss'batt' aussi... 184 chevaux qui te labourent du gravier... ça fait du chproum !).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

on continue très bien :eldiablo:

 

d'autres tofs de la M3 française au nurburg :malelovies:

 

ozvq1xf4.jpg

02ts0.jpg

 

Maintenant parlons un peu des séries spéciales :

 

La tour de Corse fut produite par BM france pour rendre hommage au pilote Bernard Beguin en serie limité (je ne sais pas combien) et c'est la même base qu'une evo1 mais avec un badge sur la malle arriére et sur la calandre plus une plaque numéroté dans l'habitacle, elle n'existe qu'en noire.

trwk8.jpg

03mi8.jpg

05oj9.jpg

 

Pour revenir à la Cecotto que j'ai posté plus haut, elle a été produite à 505 exemplaires principallement vendus en Allemagne et tire son nom du pilote Johnny Cecotto qui remporta le titre en Allemagne et Italie avec son copilote Roberto Ravaglia, elle est sortie aussi pour le marché suisse mais non numérotée et en

Angletere elle porte le nom de Ravaglia

01zo2.jpg

12ov6.jpg

plaquececottojo0.jpg

 

Photos en vrac

albumpicus1.jpg

004jt3.jpg

11zr7.jpg

ac2ll6.jpg

 

voilà j'en ai encore au cas où... :bigsmile:

moi obsédé de la m3 ? nannnnnn... mais un jour, un jour... :eldiablo:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour revenir à la Cecotto que j'ai posté plus haut, elle a été produite à 505 exemplaires principallement vendus en Allemagne et tire son nom du pilote Johnny Cecotto qui remporta le titre en Allemagne et Italie avec son copilote Roberto Ravaglia, elle est sortie aussi pour le marché suisse mais non numérotée et en

Angletere elle porte le nom de Ravaglia

 

Ce qui est bien avec les forums, c'est qu'on en apprend tous les jours... :bigthumbup:

 

 

 

EVOLUTION I

 

Première évolution de la M3E30, produite à 505 exemplaires (en théorie mais d'après la plage de numéros de série nous obtenons 783 modèles...)entre février et mai 1987. Cette version est très méconnue et surtout mal identifiée car elle n'a pas de grosses différences esthétique face aux modèles standard.

 

Les Evolution I comme toutes les Evolutions ont été élaborées pour homologuer certaines pièces en compétition. Extérieurement, les Evolutions I ne diffèrent pas des modèles de base. Certaines Evolution I, à priori les seules vendues en France ont été utilisé pour la série spéciale Tour de Corse. L'Evolution I ne bénéficie pas contrairement à l' Evo II, à la perte de poids sur les pare chocs ainsi que de l'allègement au niveau des vitres. Cependant elle bénéficie de jantes alu BBS en 7.5J x 16" chaussées de Michelin MXX de série qui seront reprises pour les Evolution II et Evolution III avec une petite différence toutefois.

 

Coté moteur, elle dispose du S14 2.3l mais avec quelques différences :

- Culasse spécifique avec conduits modifiés ainsi qu'un "e" gravé sous la pipe d'admission N°4. ( visible avec un petit mirroir )

- Papillons + trompettes d'admission diamètre 48mm qui seront conservés sur les EvoII.

- Boîte à air spécifique qui sera conservée sur les EvoII.

- Collecteur d'échappement en deux parties conservé sur les EvoII.

- Ligne non catalysée inox + silencieux inox peint en noir.

 

Au niveau de l'équipement spécifique de série :

- Gros Ordinateur de bord.

- Lèves vitres + rétros électriques en série sur les modèles Français.

- Rétroviseur intérieur éclairant.

- Custodes entrebaillantes.

- Repose pied et seuils de portes siglés ///M disponibles en option.

- Jantes alu BBS en 7.5Jx16" mais roue de secours en 15".

N° de chassis :

2190005 à 2190787

 

 

EVOLUTION II

 

Produite de mars en mai 1988, l'Evolution II est la première véritable évolution de la M3. Dans le même esprit que l'Evo I, elle fut produite pour homologuer certaines pièces en compétition. Ce modèle fut construit à 500 exemplaires.

 

Beaucoup de choses ont été revu face au modèle standard que ce soit sur le plan aérodynamique que sur le plan motorisation. Extérieurement on découvre des appendices aérodynamiques à savoir une lèvre de pare choc avant ainsi qu'un becquet supplémentaire sous l'aileron d'origine à la différence près que les pare chocs d'origine ainsi que la malle sont allégés ainsi que les vitrages. On note la présence d'écopes de freins en lieu et place des anti-brouillards et des seuils de portes Motorsport comme pour l'Evo I en noir / gris. Au niveau moteur, elle conserve le bloc S14 2.3l mais avec de nombreuses modifications telles que: Des pistons différents modifiant le taux de compression à 11:1, de nouveaux arbres à cames plus pointus, un volant moteur allégé, un nouveau collecteur et des papillons d'admission de plus gros diamètre (48mm) ainsi qu'une nouvelle boîte à air au volume modifié. On note aussi d'un point de vue esthétique le cache culbuteurs et la boîte à air aux couleurs Motorsport sur fond blanc. Elle bénéficie en série de jantes BBS en 16" et d'un pont en 3.15: 1.

 

Cette série spéciale était disponible en 3 couleurs uniquement : Rouge Misano (Brillant direct), Bleu Macao Métallisé et Gris Nogaro Métallisé. Très peu d'options étaient disponibles et l'équipement de série réduit. Pas de climatisation, pas de custodes entrebaillantes, pas de toit ouvrant, pas de lave phares etc... Seules les lèves vitres électriques, l'ordinateur de bord II, la sellerie semi-cuir spécifique et le rétroviseur intérieur éclairant font parti de l'équipement de série et ceci dans le but de conserver la philosophie de la légèreté maximale. Cependant sur commande spéciale, certaines EvoII pouvaient être équipées différement mais seuls quelques exemplaires ont recu ce traitement. Une plaque numérotée gravée était vissée sur la console du tableau de bord.

 

Coté moteur, elle dispose du S14 2.3l mais avec quelques différences :

- Culasse spécifique avec conduits modifiés.

- Pistons différent apportant le taux de compression à 11:1.

- Arbre à cames plus pointus.

- Ensemble soupapes+ressorts spécifiques.

- Volant moteur allégé.

- Papillons + trompettes d'admission diamètre 48mm qui seront conservés sur les EvoII.

- Boîte à air spécifique avec venturi facial d'admission plus gros.

- Gestion électronique modifiée.

- Pont autobloquant avec un rapport de 3.15:1

- Collecteur d'échappement en deux parties.

- Ligne non catalysée inox + silencieux inox avec sorties polies.

 

Au niveau de l'équipement spécifique de série :

- Phares phase2 avec feux de croisement lenticulaires.

- Sellerie semi-cuir gris + tissu à carreaux gris.

- Plaque numérotée vissée indiquant l'exemplaire Evo2.

- Lèves vitres + rétros électriques.

- Rétroviseur intérieur éclairant.

- Repose pied et seuils de portes siglés ///M.

- Gros Ordinateur de bord.

- Jantes alu BBS en 7.5Jx16" avec roue de secours en 16".

- Vitrages allégés (latérales av / custodes / lunette arrière)

- Lèvre avant apportant plus d'appui aérodynamique.

- Ecopes de frein à la place des anti-brouillard.

- Pare-chocs allégés.

- Becquet supplémentaire sous l'aileron d'origine.

 

L'Evolution II était disponible uniquement dans les teintes suivantes : Rouge Misano (ref 236/3), Bleu Macao Métalisé (ref 250/5) et Gris Nogaro Métalisé (ref 243).

N° de chassis :

2191372 à 2191953 pour plus de précisions

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Europameister

 

Série spéciale apparue en octobre 1988 et produite à 148 exemplaires jusqu'en novembre 1988. La M3 Europameister a été produite suite à la victoire de Roberto RAVAGLIA en 1986 et 1988 à l'European Touring Car Championship ( 1986: 635Csi GrA / 1988: M3 ).

 

Cette M3 est totalement identique extérieurement à une M3 de base sauf qu'elle fut disponible uniquement en Bleu Macao et qu'elle dispose d'une plaque gravée Europameister dédicacée par Roberto RAVAGLIA. En série, elle était richement équipée, avec les vitres électriques, l'intérieur complet cuir étendu gris clair, la climatisation, les jantes BBS en 16" etc... Niveau moteur, elle est équipée du 2.3L catalysé de 195ch. Les 148 exemplaires ont été vendus essentiellement en Allemagne et en Suisse.

 

Au niveau de l'équipement, l'Europameister est la plus luxueuse M3e30 de série :

- Cuir gris étendu sur les panneaux de portes ainsi que la console centrale avec les poignées de portes ainsi que celle du frein à main en cuir.Comme pour les Tour De Corse le cuir reçoit les badges ///M sur les sièges.

- Tableau de bord teinté en gris clair disponible en option.

- Gros Ordinateur de bord.

- Toit Ouvrant électrique coulissant et entrebaillant.

- Vitres électriques + rétros électriques + rétro intérieur avec éclairage.

- Custodes entrebaillantes.

- Climatisation

- Sièges chauffants

- Réglage de la portée des phares dans l'habitacle.

- Réglage fader pour les enceintes.

- Pas de répétiteurs latéraux sur les ailes avant.

- Cache culbuteurs ainsi que la boîte à air peint ton carroserie.

- Jantes alu BBS en 7.5Jx16" mais roue de secours en 15".

- Pneus Michelin MXX 225/45-16

- Plaque gravée collée sur la console dédicacée par Roberto Ravaglia.

 

Toutes les Europameister ont été livrées en Bleu macao. (ref 250/5).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

M3 E30 revue par AC-SCHNITZER : S3 SPORT 2.5

La base de départ de la S3 SPORT 2.5, est une M3 E30 2.3l 200ch. La cylindrée du bloc fut augmentée à 2.5l par l'utilisation de pistons hémisphériques de plus gros diamètre. Ce bloc développe la puissance respectable de 245ch DIN pour 27.3 mdN de couple. Ce qui affiche des performances honorables de 255 km/h en vitesse max. et 6.4s au 0 à 100.

 

Le chassis n'est pas en reste avec un ensemble Amortisseurs / ressorts + barres anti roulis AC-Schnitzer plus fermes en abaissant la garde au sol de 15mm. De très belles jantes en alliage OZ Racing en trois parties siglées AC-Schnitzer sont de mise. Une très belle barre anti-rapprochement fait son apparition sous le capot de la belle.

 

Extérieurement pas de réel changement si ce n'est les jantes, les logos ACS sur la calandre et la malle et la déco S3 SPORT 2.5 sur le bas des portes. Sous le capot on découvre aussi un logo ACS fixé sur la boîte à air.

 

Pour résumer, une M3 SportEvolution avant l'heure mais habillée de la robe d'origine M3 E30 de base.

 

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...