Aller au contenu

1ereaudi

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    268
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de 1ereaudi

Information de profil

  • Sexe
    Homme
  • Prénom
    Nicolas
  • Localisation
    Rhône-Alpes
  • Marque et modèle
    audi 80
  • Motorisation
    2.8 aah

Visiteurs récents du profil

523 visualisations du profil
  1. Voilà, la soudure jouxte la partie couverte par le palier. Une strie (en négatif) se situe à proximité.
  2. La soudure est au niveau du spi. Mais je me pose la question des tolérances pour la zone palier. Il est possible qu'une partie de la soudure arrive au niveau du palier, je vais vérifier.
  3. Le copain qui a effectué les opérations m'indique qu'une diminution de la section (substantielle j'imagine) au niveau des paliers peut entraîner une baisse de pression d'huile à ce niveau. Je ne connais pas les tolérances au 1/100e de mm sur les jeux possibles aux paliers et les conséquences en général. > Donc je voulais dire tolérance (en 1/100e de mm) plus particulièrement au niveau du/des paliers en général ou dans ce cas ?
  4. - Le passage au tour à +/- 1000 trs/mn s'est fait uniquement sur la soudure. Une fois l'épaisseur de soudure bien diminuée : - Passage au tour manuellement sur la zone de la soudure. Mais quelques griffures ont été faites aux abords de la soudure, donc sur l'AAC, alors: - Passage au papier de verre 1000 sur la zone du palier et passage au 320/600/800/1000 sur la zone du joint spi pour rattraper les griffures. (Le conseiller sur les AAC disait qu'il fallait descendre au "moins" au 600 sinon ça n'aurait pas d'effet). - Mesure effectuée entre la zone du palier et la zone du spi: 3/100e en moins sur le diamètre, soit une épaisseur de 1.5/100e en moins au niveau du spi. En passant un joint spi de la zone spi à la zone palier, le frottement est le même, on ne sent pas de différence. > Connais-tu les tolérances ? (Je n'ai pas d'infos à ce sujet)
  5. C'est une bonne nouvelle Pour l'avant dernière photo, c'est normal, l'AAC est à +/- 1000 trs/mn avant que la plaquette au carbure ne s'approche.
  6. - Info d'un atelier moteur, bilan sur méthode réparation AAC: Problème des AAC est le matériau très dur, donc soit: 1) Application d'une résine bi-composant (déjà utilisée sur culasse mais pas sur AAC): type Loctite EA 3455. Ne semble pas pertinent car risque de s'user rapidement par frottement. > = A priori à déconseiller. 2) Méthode par apport de métal à l'arc ne risque pas de déformer la pièce, mais probable difficulté à entailler l'AAC (en même temps étonnant qu'une simple vis ait pu entailler l'AAC manuellement). La baguette convient pour des réparations délicates (vérins etc). - Les aciers d'AAC sont traités par cémentation sur 0.4 à 0.6 mm ou nitruration sur 0.3 mm, il faut percer ces couches pour avoir une accroche. > = Méthode plus ambitieuse mais probablement meilleure si bien faite. 3) Tournage de l'AAC et mise en place d'un manchon pour retrouver la côte d'origine. - Sur le retrait des SPI: - Méthode à la vis bonne mais p-e risquée, quand erreur, c'est svt la culasse qui prend. - Souvent, ils affaissent avec un tourne vis d'un côté et font levier de l'autre. - Mallette spécifique.
  7. C'est le conseil d'un pro (soudure) mais pas le conseil d'un spécialiste en AAC. La personne a rapproché l'AAC des aciers délicats à souder, type vérins etc... > D'où ma question sur le matériau des AAC, si vous avez un avis ? En général: fonte moulée usinée, acier spécial ...?
  8. Oui c'est moins risqué de se faire la main avec ce type de malette , ce sera pour la prochaine fois. Bon en tout cas, retour d'infos pour ce genre d'opération: - Faire une entaille qui uniformise les accrocs sous forme d'une fine cuvette en "U" avec un disque à ébarder, profondeur de l'entaille la plus profonde. - Pas de soudure au chalumeau. - Soudure à l'arc à l'éléctrode enrobée avec intensité 65 à 70A en 1 passe. - Électrode Inox de 2.5 mm: C 0.10, Mn 0.60, Si 1.00, Ni 9.50, Cr 29.00, Mo 0.50. (1) - Tendre à usiner, durcissement de la surface (acier crouissable). - Soit usiner simplement, - Soit après usinage, passage papier à l'eau pour état de surface souhaité. (1) : Electrode rutilo-basique déposant un acier à très hautes carac- téristiques mécaniques. Spécialement adaptée au soudage d’aciers dissemblables et de matériaux réputés difficilement soudables, tels que les aciers à outils, les aciers au manganè- se, les aciers moulés, les aciers à ressorts, les engrenages, les tiges de vérins, les aciers galvanisés,... Le métal déposé est par- ticulièrement résistant à la fissuration et convient également comme sous-couche avant rechargement dur. Ouvert à vos observations... Les arbres à cames sont en acier, en fonte ?
  9. Je pense avoir d'éventuels retour d'expérience(s) et orientation, c'est le principe du/d'un site Ça a très bien été sur le 1er spi, pas sur le second, ce n'aurait pas été hasardeux si j'avais connu ou estimé la largeur de la zone métallique du spi pour éviter que la vis ne sorte de celle-ci, ça fait partie de l'expérience. Si il n'y avait pas eu cette erreur, ça aurait été "pas mal cette technique de la vis pour retirer le joint spi" comme sur le premier, mais là on peut dire dommage et généraliser, puis une autre fois on aurait pas généralisé en disant, "pas mal..." Oui oui, La Palice ne t'aurait pas contredit Merci pour le lien.
  10. Bonjour à tous, - Est-il possible de "recharger" (apport de matière) avant de passer la pièce au tour, un arbre à cames abîmé au niveau du joint spi. Les entailles sont assez profondes +/- 0.5 à 1 mm, elles détruiraient le joint spi. - Quid de la chaleur apportée à l'AAC par un apport de métal ? - Quel métal ? - Est-ce que cette zone a un traitement antifriction qui disparaitrait avec l'apport de métal ? - Comment font dans ce cas les collectionneurs avec les anciennes (quand il n'y a plus de pièces dispos) ?
  11. Clair, merci pour cette photo. Quel est le rapport entre cette pièce et le démarrage à chaud ?
  12. Bonjour à tous, Une illustration possible ? parce que là c'est obscur pour moi.
×
×
  • Créer...